Vous êtes ici

« Ma thèse en 180 secondes » : Interview de Guillaume FUSEILLER

 

 

 

 

 

 

 

 



Le jeudi 08 mars 2018 à 20h, Guillaume FUSEILLER doctorant au laboratoire XLIM participera également à la sélection régionale du concours « Ma thèse en 180 secondes » à Limoges, Espace Licence situé au 47 avenue Albert Thomas à Limoges, bâtiment M, amphi A. Nous l’avons rencontré pour en savoir davantage sur sa participation.

> Quel est le sujet de ta thèse ?

« Précisément, le sujet de ma thèse est le suivant : "Perception et commande en cobotique appliquées au moulage de composites". Cela consiste à programmer des robots industriels pour qu’ils soient capables de se déplacer et travailler dans la même zone de travail qu’un opérateur. »

> Quel est l’objectif de ta thèse, en quelques mots ?

« L’objectif est de faire une perception de l’environnement de travail et de modéliser l’environnement du robot de façon à ce qu’il soit compréhensible pour lui. La solution développée permettra, à partir d’une reconstruction 3D de l’environnement de travail, de planifier une trajectoire sûre pour le cobot (robot collaboratif) qui pourra alors coopérer avec l’opérateur dans une même zone de travail. Il faut aussi déterminer les critères de sécurité pour l’opérateur. »

> Pourquoi participer au concours "Ma thèse en 180 secondes" ?

« Cela s’est fait suite à ma participation au workshop de 2017. J’ai été sollicité par Alice FORESTIER, responsable administrative d’XLIM, pour m’inscrire à ce concours. J’ai trouvé l’idée du concours sympa donc je me suis dit "pourquoi pas". »

> As-tu été préparé pour ce concours ?

« J’ai suivi la formation proposée par l’école doctorale. Durant deux journées, nous avons été encadrés par Maggie ROUSSELLE, la responsable de PEPITE Limousin. Nous avons eu une présentation du concours, on a visionné les vidéos des meilleures prestations et on a également eu une préparation théâtrale. On a appris à nous positionner sur scène, à dire notre texte, mais également à utiliser la communication non-verbale. On a aussi eu quelques répétitions pour nous permettre d’être à l’aise sur scène. »

> Qu’attends-tu de cette expérience ?

« Principalement de faire des rencontres. Rencontrer les autres participants ou encore certains membres du laboratoire que je ne connais pas. C’est aussi une bonne occasion de parler de mon sujet de thèse à un public plus large. Certains candidats voient cette expérience comme un défi à relever concernant la prise de parole. Personnellement, ce n’est pas mon cas. Je suis relativement à l’aise à l’oral et je n’ai pas de problème à monter sur scène. »

> Le concours a lieu la semaine prochaine, comment te sens-tu ?

« Je ne suis pas tout à fait prêt. Je dois encore finaliser ma présentation, mais je suis confiant. Je ne me mets pas la pression et je n’y vais pas en compétiteur. L’équipe des candidats de Limoges est sympa et il y a une bonne entente. Cette expérience reste bon enfant, on s’entraide et il y a une bonne ambiance. »

> Pour finir, quel est ton atout majeur pour remporter une place pour la finale régionale ?

« Le fait que je sois relativement à l’aise à l’oral. Et mon sujet de thèse est un sujet à la mode pour les industriels, c’est un sujet très actuel. Cela touche à des choses plus larges, mais ce n’est pas pour autant plus facile à expliquer. On a peu de temps donc c’est compliqué de parler de tout. »